Course du Laka 2017

2ème trail de l’année et seulement une semaine après l’épreuve combiné en binôme du marathon de la Loire, 12km de canoë et 18km de course à pied.

7h30 rdv est pris avec Philippe pour ce rendre au départ de la course dans le village d’Ossès au cœur du Pays Basque pour ce trail long de 21 kms et 1400m de dénivelé positif.

tracé
Pendant le trajet, Philippe me donne quelques conseils, il fait partit de l’Euskal Trail et a déjà couru bon nombres d’Ultra, une machine !
8h15, arrivé sur place, il fait beau mais frais…. ça ne va pas durer longtemps !
Nous récupérons les dossards et nous allons nous échauffer.
Nous nous avançons maintenant vers la ligne de départ, la fraicheur a disparu.
9h coup de fusil, la course est lancée pour les 500 participants.
1km de faux plat sur le bitume et on passe au chose sérieuse, pas loin de 7km encore d’ascension pour être au point culminant de la course, le mont Baigura, 897m.
Philippe m’a dit de calmer le jeu dans la montée mais j’en fais qu’à ma tête, les sensations sont bonnes.
C’est sans compter avec cette chaleur qui s’installe durablement cette journée.
Arrivé en haut, je me retourne Philippe n’est pas loin.
Avec cette météo, nous avons un point de vue de fou tout autour de nous, un régale pour les yeux.
Je bascule de l’autre coté, c’est la descente, un temps sur des pistes, un autre sur des singles abruptes.
Je m’arrose la tête régulièrement, il fait vraiment chaud.
Je suis de nouveau tout en bas, maintenant chemin de traverse pour revenir au point de départ de la course, plein de « coups de cul », « raidillons », « petite bosse », appelez ça comme vous voulez, ça casse les jambes.
Vers le 13ème, je souffre de la chaleur, la tête qui tourne malgré l’arrosage régulier, je trouve un point d’ombre, je m’arrête quelques minutes.
Philippe arrive, j’en profite pour repartir avec lui, il souffre aussi de cette chaleur.
Nous avançons, les arrêts aux ravitos sont maintenant un peu plus long, de l’eau, de l’eau, de l’eau…
18ème kilomètre, ravito, je décide de ne pas m’arrêter, ma gourde est à moitié pleine.
je lance un peu plus les jambes, je veux rentrer dans les moins de 3h.
Je continue à descendre, un mec devant est parterre avec des grosses crampes douloureuses, il braille, ses amis sont avec lui, j’avance.
Je rattrape un autre coureur qui manque de s’étaler juste devant moi, il reste sur ses jambes, la chaleur et maintenant la distance nous mettent tous à mal.
Transition sur le bitume, il ne doit pas rester grand chose, j’envoie un peu plus, je double quelques concurrents dans les virages puis longue ligne droite plus personne devant, merde, je ne suis plus très lucide, je cherche mon chemin sans ralentir.
au bout de cette ligne droite, quelqu’un de l’encadrement course m’indique le sens et me dit  « encore 800m t’y est presque, courage ! »
800m, sérieux ?! je suis rôti, rincé mais je ne lâche pas.
enfin la ligne d’arrivée, je baisse les yeux sur ma montre 2h52, mission accompli, je suis content et mort !

le site de la course: http://coursedulaka.net/

Le résultat: ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s