Finisher de Bordeaux

Oui, direct à la fin, FINISHER du Marathon de Bordeaux 2018 !!!
Pourtant ce n’était pas gagné d’avance loin de là, à commencer par la prépa.

Maintenant devenu une habitude, pour préparer ma course, je me fais confiance à FREQUENCE Running. Un plan que je vais commencer début Janvier.
Entrainements croisés avec du vélo (un petit peu), de la natation et salle de sport (ppg).
Au mois de Février, un peu moins d’activité hors running, vacances des enfants obligent et là les premières galères, une douleur au bas du dos, à gauche.
Malgré tout, je participe à une course locale le Chibertrail puis à un tournoi d’Ultimate Frisbee, surement en trop puisque ça va être pratiquement tout le coté gauche qui va être douloureux, du bas du dos jusqu’au genou.
A une semaine du marathon, je ne peux quasi plus courir, 5’20/km semble être le plus rapide que je puisse faire ….
Lundi 19 mars, rdv avec mon kiné le matin, manipulations et recommandations. l’après midi un tour a la thalasso pour profiter des différents bains.
Le reste de la semaine sera basé sur des massages décontractant, séances de compex et étirements.
Une petite sortie le jeudi en fin journée pour checker les sensations… pas top, les boules !!
Vendredi, on prend la route avec toute la petite famille direction Bordeaux où des amies nous logent. (Encore merci)
La nuit de vendredi a samedi n’a pas été reposante entre stress et la présence du frigo qui bourdonne.

Jour J, vers 13h on prend le tram direction la porte de Bourgogne et le village marathon.
Retrait du dossard et petit passage aux stands.

 

On va se prendre à manger vers la rue Ste Catherine puis direction le parc publique où nous avons rdv avec le staff, ambassadeurs et coureurs de FREQUENCE runners

Enfin on va se poser dans un bar pour se mettre au chaud, boire un thé et attendre l’heure du départ.

img_20180324_174703-889277328.jpg
on tombe sur ça en se baladant lol

19h30 rdv avec les copains… personnes oups ! ils sont déjà dans les sas, bon j’y vais aussi, je ne suis pas du tout motivé. En plus, le vent se lève et ramène la pluie avec lui, PARFAIT !
20h et quelques minutes, c’est le départ, un quart d’heure plus tard, je franchi la ligne, c’est parti. Au début, j’y vais tranquille, je repense aux infos fournies par Yoann de FREQUENCE Running et essai de l’appliquer.

11221381_1776734472348494_7045346584241780155_o

Mon genou me chatouille ainsi que mes pieds, j’ai l’impression que les chaussettes sont mal mises.
15ème kilomètre, ravito, je m’arrête, trop mal aux pieds? Je prend un verre et me met de coté, pas le temps de réfléchir pendant des heures, je décide de retirer mes chaussettes et les jettent avec mon gobelet, BYE les X bionics, mes pieds vont s’en souvenir enfin pour le moment ça va mieux !
Entre le 20ème et le 25ème mes quadriceps me lancent, à la limite de la crampe et pourtant j’essaie de relancer, je m’aide en balançant les bras un peu plus que d’habitude.
M’endonné, je retrousse mon short pour que le vent et la pluie, qui sont omniprésent durant cette course, me calment la douleur des cuisses…J’ai l’impression de courir en caleçon…
Là, j’ai compris que même si je n’avais pas envie au début, que j’ai mal partout, j’ai la volonté d’y arriver et de tenter un truc…. Bref, j’ai le mental !
30ème, il est où le mur ?
Par moment, je cours les yeux fermés et je me concentre uniquement sur mon souffle en essayant de convaincre mon corps que tout va bien.
37ème, ça devient dur, mes chaussures me cisaillent les pieds de partout.
Une pensée à ma petite famille qui m’attend à l’arrivée, ça aide a faire passer le douleur
39ème et quelques, près du parc où nous étions dans l’après midi, la douleur aux cuisses est très forte, je marche sur une dizaine de mètres, des concurrents me soutiennent,c’est aussi ça le marathon.
Je balance toutes mes forces pour finir, le « lâché » des relayeurs juste avant l’arrivée me gênent énormément, début de crampes aux mollets (tiens ils sont là eux aussi) je n’ai plus la fraicheur pour zigzaguer entre eux, tant pis je bouscule légèrement.
On passe la porte Cailhau (merci Corentin) et virage à gauche, plein de lumières et au fond l’arche d’arrivée.
le « sprint » final et voilà FINISHER en 3h47min02 (temps réel), nouveau record personnel.
Je suis content, soulagé que ça soit fini, partager entre la satisfaction et la douleur.
Médaille, oh oui, celle là, j’ai été la chercher !
img-20180325-wa00021987971065.jpeg
Consigne, je me change rapidement dehors…
Ravito de fin, les gens se changent à l’intérieur du coup peu de place, je me glisse jusqu’à la table avec délicatesse, 100kg de fatigue, ça passe !
Enfin je rejoins ma femme, mes enfants et amis, petit craquage nerveux, on rentre, trop froid etc…
une petite douche, bière et dodo

Bref, du vent et pluie quasi pendant toute la course, beaucoup de faux plats, un relief au sol piégeant surtout de nuit. Les pieds en feu comme si j’avais couru dans des ronces (rigole pas je vais mettre la tof après), genou et cuisse douloureux et un mental de Gaulois Intrèpides

644ème sur 2131 finishers, faible participation sur l’épreuve phare contre 12000 env sur le semi (maintenant je sais pourquoi)

bravo aux bénévoles tout le long du parcours !

img_20180325_1508471179835696.jpg
les marques de guerre bien visible malgré la pluie !

Si vous insistez, je vous ferai une tof des pieds (perso je ne trouve pas ça très ragoutant) sur la page FB

Maintenant repos et focus sur le IronMan 70.3 de Septembre !